«Les hommes nouveaux restés anciens»...

Au temps d’Adélard Godbout, les politiciens libéraux se proclamaient hommes nouveaux. Mais de 1939 à 1944, ils firent la preuve contre eux-mêmes : on constata qu’ils n’avaient pas évolué depuis 1936, qu’ils restaient des continuateurs des bonzes des anciens régimes qui, en quarante ans, ne réussirent pas à donner au Québec une politique véritablement québécoise, stable, progressive, humaine et sociale – Georges-Émile Lapalme et Maurice...

«M. Adélard Godbout renié par ses demi-frères d’Ottawa»...

Séparation annoncée entre les ailes provinciale et fédérale du parti...

«Pourquoi M. Adélard Godbout ne voit pas de communisme»...

Parce qu’il veut s’assurer son appui le 28 juillet – Les chefs communistes conseillent à leurs fidèles de voter en faveur du parti libéral dans notre province. – Il y a déjà treize ans que l’honorable Maurice Duplessis prit des mesures efficaces contre la montée du communisme – Tendance à gauche dans les provinces anglaises – C.C.F. et communisme, David Côté et Fred...

«M. Adélard Godbout louange l’Union nationale»...

Son pseudo-manifeste constitue, pour l’Union nationale et l’honorable Maurice Duplessis, le plus bel hommage que l’on puisse imaginer – Dans l’ensemble, M. Godbout propose à la province ce que l’Union nationale lui a déjà donné – M. Godbout a l’air de dire à tous : empressez-vous de voter pour l’Union...

«Les libéraux aux abois»...

Ne sachant qu’inventer contre le régime de l’Union nationale, ils tentent de faire croire que l’honorable Maurice Duplessis vise à établir une dictature dans la province – Une fabrication grossièrement ridicule – Il est évident que M.  Adélard Godbout et les siens craignent la tenue d’élections provinciales – La dictature, on la connut sous les régimes...